Switch to Dual Emblem Display

Page icon  Link to an image of this page  [A1r p1]
LES EMBLEMES
DU SEIGNEUR JEHAN
SAMBUCUS.
Traduits de Latin en François.

Printer's mark of Plantin
[Click on image to enlarge]

A ANVERS
De li’mprimerie de Christophle Plantin.
M.D.LXVII.
AVEC PRIVILEGE. Page icon  Link to an image of this page  [A1v p2]

La majesté Royale a donné Privilege a Christofle
Plantin de pouvoir luy seul imprimer & distri-
buer Les emblemes du s. jehan
sambucus
, & defend a tous autres de quel-
conques condition ou qualité qu’ils soyent de
faire le semblable: comme plus amplement est de-
claré en l’original donné à Bruxelles le xxiiii
jour de Febvrier
Signé J. Fabri.

Page icon  Link to an image of this page  [A2r p3]
CHRISTOPHLE PLANTIN
imprimeur au lecteur vertueux, &
debonaire Salut.

AYant par cy devant im-
primé en Latin les Embles-
mes du S. Jehan Sambucus,
gentilhomme non seulement
docte, mais avec cela autant
amy, & pour sa qualité, li-
beral fauteur de tous ceux qui font profession
de quelque art ou discipline liberale que j’en
congneusse jamais; & les ayant faict traduire
en langage Flameng, & depuis n’agueres im-
primés, je n’ay voulu faillir de faire le sembla-
ble en François; tant pour complaire a ceux
qui n’entendent les autres langues, comme pour
faire apparoistre que la françoise n’est moins
propre a traicter tel argument: & principale-
ment aussi pour declarer l’affection que j’ay de
continuer au devoir de mon office: Lequel j’e-
stime estre, de m’employer constamment &
tant qu’il me sera possible & permis, a impri-
mer telles oeuvres que les lecteurs puissent a-
Page icon  Link to an image of this page  [A2v p4] voir proffict ou recreation honeste en les lisant;
& moy quelque moyen de pouvoir entretenir
ce bon vouloir en les distribuant. Or je tiens ce-
ste maniere ici d’escrire Emblesmes, ne devoir
estre mise au dernier reng de telles oeuvres:
d’autant que; pour les belles & graves senten-
ces morales dont elle consiste; la lecture n’en
peut estre si non utile; & puis apres delectable
pour les figures representantes a l’oeil curieux
la substance de chacunne d’icelles. Et si le livre
doibt estre d’autant mieux estimé qu’il peut
servir a plus grand nombre de gens, est il (a-
pres la necessité des sainctes escrittures) au-
cunne sorte de livres qui puisse servir a plus de
gens que ceste cy? Premierement ceux qui ai-
ment les lettres, ou la lecture de choses bonnes
& utiles a la vie humaine y trouvent en quoy
exercer leur industrie, & y profficter en la do-
trine des meurs: Les peintres & verriers de
quoy remplir, orner, & enrichir leurs toilles,
tableaux, parois, & verrieres: les orfebvres ar-
gentiers, graveurs & autres gens de marteau
leurs bagues, joyaux, vaisselles, armeures, tar-
Page icon  Link to an image of this page  [A3r p5] ges, boucliers, planches & autres leurs ouvra-
ges: les entrepreneurs d’edifices, tailleurs, &
menuisiers leurs bastiments et menuiseries: les
bordeurs, et tapissiers leurs ornements, borderies
& tapisseries: & ce avec une bonne grace, &
non moindre contentement de vulgaire igno-
rant, qui ne cerche en ces choses qu’une simple
recreation de son oeil: comme des plus ingenieux,
& mieux advisés; qui n’approuvent rien de
quoy on ne puisse prendre instruction, & deve-
nir tousjours milleur, ou estre confermé en l’ex-
emple de quelque action vertueuse. C’est main-
tenant a toy, amy lecteur, de feilleter ce livret, et
adviser s’il y aura chose qui te soit proffitable,
& de l’accommoder a ton usage. Et si d’adventu-
re tu n’y trouves chose qui te plaise ne t’effor-
ce pas grandement a le blasmer, ni nostre labeur:
si ce n’est que tu veilles travailler toymesmes
en vain. Car quant a moy, je me suis proposé de
persister constamment a mettre en lumiere les
oeuvres des hommes doctes, sans me laisser couar-
dement alterer par la crainte du babil, ni re-
proche qui puissent estre murmurés, semés, ni
Page icon  Link to an image of this page  [A3v p6] essayés a l’encontre de nos entreprinses; qui ne
furent oncques pensees, commencees ne pour-
suivies en autre intention, que pour avancer,
si tu pouvois, l’art de l’imprimerie en ces tant
nobles païs, & donner soulagement aux ama-
teurs des lettres, avec quelque honneste en-
tretien, de nostre famille. Que si peut estre le
succés & fin ne respondent heureusement a no-
stre volonté; & qu’aucuns ne le veillent pren-
dre ainsi, il restra de me consoler avec mes amis
& en moymesmes; veu qu’il n’aura pas tenu a
un bon courage & diligent travail, que nos
desseings n’ayent sorti leur plain effect; & de
prier Dieu qu’il luy plaise nous donner en toute
paix a tous l’augmentation de ses graces.

D’Anvers en nostre imprimerie ce xxv
jour d’Octobre m d lxvi.


Hint: You can turn translations and name underlining on or off using the preferences page.

 

Back to top