Switch to Dual Emblem Display

Page icon  Link to an image of this page  [A1r p1]
TOUTES LES
EMBLEMES
DE M. ANDRE ALCIAT,
de nouveau Translatez en François
vers pour vers, Jouxte la
Diction Latine:
ET
Ordonnez en lieux communs, avec sommaires inscri
ptions, Schemes, & briefves expositions Epimythiques,
selon l’Allegorie naturelle, Moralle, ou Historialle.
Avec figures nouvelles appropriées aux der-
niers Emblemes envoyées par l’Autheur, peu
avant son decez, cy devant non imprimées.

Printer’s mark
[Click on image to enlarge]

A LYON
Chez Guillaume Rouille.
1558
Avec Privilege du Roy. Page icon  Link to an image of this page  [A1v p2]
EXTRAIT.

Par Privilege du Roy nostre Sire, donné à Paris, daté du hui-
tiesme jour d’aoust mil cinq cens cinquante six ainsi signé. Par le Roy
en son conseil Robillart, & seellé du grand seel en cire jaune.

Il a esté permis à Macé Bonhome Imprimeur de Lyon d’im-
primer & vendre les Emblemes D’Alciat Translatez
de Latin en Françoys vers pour vers, Jouxte la Diction Latine,
ordonnez par tiltres generaulx, & lieux communs, aussi briefves
expositions Epimythiques, avec grande quantité de figures de nou
veau appropriées à chascun des derniers Emblemes envoyées
par ledict Autheur, peu avant son decez, & en plus grand nombre
qu’elles néavoyent esté encores imprimées, ce qui ne c’est [=s’est] faict
sans grandz frais. Parquoy sont faictes defenses à tous libraires,
Imprimeurs, & autres de les refaire en forme & maniere que ce
soit sus leurs copies, ny prendre leurs ordonnances, expositions,
annotations, figures adjoustées & par nulz autres cy devant fai-
ctes, & de ceulx qui se pourroyent contrefaire ou imprimer al-
lieurs: est defendu en apporter ny exposer en vente es pays terres
& seigneuries de ce Royaume: durant le temps & terme de dix
ans, commençant du jour que la premiere impression en sera par-
achevée avec grosses peines contre ceux qui contreviendront di-
rectement ou indirectement audit Privilege. Et pour toutes de-
fenses & significations sera seulement tenu ledict Bonhome inse
rer le brief ou extrait desdictes lettres au commencement, ou sur
la fin de chascun desdictz livres, & ce faisant, seront tenues pour
suffisamment signifiées & venues à la cognoissance de tous librai
res, imprimeurs, & autres, & sera de tel effect, que si elles leur a-
voyent esté expressement & particulierement signifiées, sauf, s’ilz
vouloyent pretendre, que le brief ou extraict, mis esdictz livres, ne
fut selon la verité & teneur du Privilege, en pourront demander
exhibition leur estre faicte, auquel cas leur est permis faire telle
demande que bon leur semblera par devant le Se-
neschal de Lyon, ou son Lieutenant seule-
ment, comme plus amplement
est contenu esdictes
lettres.

Page icon  Link to an image of this page  [A2r p3]
A TRESILLUSTRE PRINCE
Jaque Conte d’Aran en Escoce, filz de
tresnoble Prince, Jaque Duc de
Chatel-le herault
, Prince
Gouverneur du Roy-
aume d’Escosse,
Barptolemy
Aneau
Salut.

POUR avoir cogneu
le grand desir, joingt au
plaisir que vous (tresil-
lustre Conte) avez, &
prenez à la langue Fran-
çoise: quoy qu’elle vous
soit à present nouvelle, &
estrangiere, tant pour e-
stre encore en vostre premiere jeunesse d’eage:
que pour avoir esté né, & nourry jusqu’a pre-
Page icon  Link to an image of this page  [A2v p4] sent, en vostre nayve, & patrienne langue d’E-
scoce, bien diverse de la langue de France. J’ay
esté incité premierement par ma propre election
& apres enhardy par l’advis consentant de
M. Florent Volusen homme oultre la bonté des
moeurs, & vertus, & la cognoissance des ars, &
sciences, & choses bonnes et civiles, ayant aussi
intelligence & faculté des regulieres langues
Greque & Latine, & des Vulgaires Escossoise
sienne, Françoise, Italienne, & Espaignole à luy
acquises par frequentation des nations. Par le
bon advis doncq’ de luy, & premiere volonté de
moy mesme, j’ay esté induict à la hardiesse de
vous dedier, & presenter ce petit livre des Em
blemes, de M. Andre Alciat le tresexcellent
Jurisconsult translatez par moy de Latin
en Françoys vers pour vers respondant,
suscriptz de tiltres, & illustrez de briefves
declarations epimythiques au dessoubz mises
en prose, pour plus clere intelligence de l’obscure
& subtile briefveté d’iceulx. Avec images, &
histoires figurées convenantes à la lettre. Esquel-
les regarder pourra vostre oeil juvenil autant
prendre de plaisir, comme de profict à la parolle
et au sens desdictz Emblemes. Premierement
Page icon  Link to an image of this page  [A3r p5] pour vous delecter, & passer temps à la plai-
sante contemplation des belles pinctures non vai
nes. Apres pour vous instruire de bonnes senten-
ces, & vertueux exemples. Et finalement pour
vous exercer à la langue Françoise par vous ai-
mée, & desirée. L’une des choses donnant faci-
le voye à l’autre, C’est à savoir la lettre donnant
à entendre la figure: & l’image declarant le
sens de la parolle à veuë d’oeil, & representant
vive action de la lettre morte. Or Monseigneur
(Conte) je vous dedie & presente par ceste epi-
stre, L’oeuvre tel qu’il est translaté, annoté, &
exposé à non moindre labeur qu’il ha esté pre-
mierement composé par Alciat. Vous priant le
recevoir aussi agreablement: qu’il est don
né liberallement. Le Seigneur Dieu
vous accroisse toute
prosperité.

Page icon  Link to an image of this page  [A3v p6]
PRAEFACE.

LES Emblemes ou en-
tregectz de Seigneur An
dré Alciat
Gentilhom-
me Mylannoys, treselo-
quent entre les savans
en droict: tressavant en
droict entre les eloquens:
lesquelz entregectz luy homme jamais ne re-
posant es lettres, au temps de loysir, lors que
ses esperitz il reposoit des plus grandz estu-
des des loix, & se recreoit es plus delectables
Muses de literature humaine, en passant
temps, il ha espanduz separéement, &
sans suycte inconsequemment, ainsi que la
matiere diverse se presentoit, & offroit
à ses sens exterieurs, ou à ses pensées inte-
rieures, Iceulx Emblemes nous avons ren-
géz en lieux communs, comme en certaines
bendes, soubz chapitres generaulx des prin-
cipales choses: procedans depuys les sou-
Page icon  Link to an image of this page  [A4r p7] veraines, & plus haultes jusque aux terrien-
nes, & plus basses: comme de Dieu jusque
aux arbres. Non point certes à telle intention,
que nous presumions estre veuz plus dili-
gens, ou mieulx arrengeans les choses que
L’auteur mesme en la disposition de son pro
pre oeuvre: mais à fin que nous reduisions en
commun usaige ce qu’il a faict par esbate-
ment. A cest affaire prenant double regard, &
consideration, C’est à savoir de plaisir &
profict. Le premier à fin que une certaine &
plus belle forme de l’ouvraige se presentast
aux yeulx des lisans, & considerans une cha-
scune chose appropriée en son lieu. Car plus
belles apparoissent les choses bien arrengées,
que les esparses, & les ordonnées, que les
confuses. L’aultre à fin que plus facile &
prompte fust la treuve, ou invention aux
cherchans. Car il est beaucoup plus aysé à
chercher & trouver les choses disposées
chascune en son ordre & lieu, que amoncel-
lées à l’adventure en troupe desordonnée:
si quelque fois on a affaire d’icelles user. Or
l’usaige des Emblemes ou entregectz oultre
la grace, & plaisir de la joyeuse nouveaulté
Page icon  Link to an image of this page  [A4v p8] (qui allege l’ennuy) la briefve trenche des sen
tences (qui poingt l’esprit) la doulceur de-
lectable des vers (qui adoulcit les oreilles) la
pincture non vaine des images (qui repaist
les yeulx) oultre tout cela: encore tel est l’u-
saige, & utilité: que toutes & quantesfoys
que aulcun vouldra attribuer, ou pour le
moins par fiction applicquer aux choses vuy-
des accomplissement, aux nues aornement,
aux muetes parolle, aux brutes raison, il au-
ra en ce petit livre (comme en ung cabinet
tresbien garny) tout ce qu’il pourra, & voul
dra inscripre, ou pindre aux murailles de la
maison, aux verrieres, aux tapis, couvertu-
res, tableaux, vaisseaulx, images, aneaulx,
signetz, vestemens, tables, lictz, armes, brief
à toute piece & utensile, & en tous lieux:
affin que l’essence des choses appartenantes
au commun usage soit en tout, & par tout
quasi vivement parlante, & au regard plai-
sante. Parquoy le Seigneur Alciat me-
sme ha voulu ses Epigrammes par trescon-
venable appellation estre intituléz Em-
blemes
. Car Emblemes (com
me bien ha interpreté le tresdocte Françoys
Page icon  Link to an image of this page  [A5r p9] Monsieur Budaeé) sont ouvraiges bigarrez
de petites pieces de marcqueterie. Ce que aus-
si donne à entendre l’origine Grecque du
mot. Quiconque doncq’ vouldra enrichir
ses besoignes de la divise d’une briefve sen-
tence, & grace d’une plaisante image: il pour
ra abondamment trouver & prendre en ce
livre, ce que bon luy semblera, pour estre ap-
proprié à une chascune chose, & ce tresprom
ptement & tresfacillement. C’est à savoir en
adressant sa deliberation aux sommaires
generaulx & en unes, & chascunes formes
des genres: disposées en leur ordre, & assiete,
jouxte l’ordre naturel de l’usaige commun
desquelles aussi la table indiciaire est mise a-
pres loeuvre total preleu, reveu, correct, &
emendé.

Or voyant & entendant le Seigneur Al-
ciat, pour les graces susdictes tant profict-
ables que delectables ses premiers Emblemes
avoir esté bien receuz par tout, & par plu-
sieurs fois mis, & remis en lumiere mesme-
ment en langue vulgaire: il ha dernierement
suradjousté de rechief nonante & trois Em-
blemes. Toutesfois sans images ou histoires
Page icon  Link to an image of this page  [A5v p10] figurées: desquelz, avec les premiers nous a-
vons faict ung seul corps seullement party en
lieux communs & tiltres generaulx, comme
dessus est dict. Pource que ce n’est matiere con
tinue de mesme argument, pour estre divi-
sée en livres: mais bigarrée de diverses pie-
ces, qui plustost requierent estre distribuées,
& arrengées soubz tiltres generaulx, ou spe-
cialement elles appartiennent. D’advantaige
nous y avons prefix oultre les inscriptions
sommaires, l’habitude & figure de l’Emble-
me, que les Grecz appellent Σχημά Schema,
comme quand c’est probleme (c’est
à dire demande avec resolution) ou dia-
logisme
(c’est propos finct à deux
personnages parlans) ou Apostrophe, (c’est
adresse de parolle à seconde personne,) ou
apodeixe, (c’est à dire evidence,
ou evidente demonstration,) ou proso-
popoeie
, (c’est à dire fiction de per-
sonne parlant à chose sans ame) & sembla-
bles formes de dire Poëticques, & diverses
de la commune forme de parler, Oultre ce a-
vons soubjoinct au dessoubz une briefve in-
terpretation Epimythique, donnant à enten
Page icon  Link to an image of this page  [A6r p11] dre le sens & usage de l’Embleme. Le tout
en nostre pur langage Françoys. Auquel aussi
avons à grand labeur, intelligence, & juge-
ment tourné non seullement les Emblemes
derniers avec images & figurées histoires
par nous devisées & appropriées à la lettre:
mais aussi les premiers, tout aultrement qu’ilz
n’avoient esté par avant sinon en mieulx, au
moins en plus brief. Car tous ilz sont transla-
téz vers pour vers, & au plus pres de la di-
ction Latine, sans paraphrase extravagante,
ou changement de sens & de parolle. Chose
de difficulté incroyable, attendu que la langue
Latine comprent plus de sentence en moins de
parolle, que la Françoise: qu’elle n’ha poinct
d’articles: qui sont requis à la Françoise, &
tousjours remplissent, & allongent le vers.
Aussi que le vers latin est communement
plus long que le Françoys de cinq ou six syl
labes, qui beaucoup emportent. & que tres-
souvent L’autheur faict licentieuses eclypses, &
synalephes, tousjours accroissantes le vers
Latin. Joinct que ce sont Emblemes, especes
de Epigrammes: en briefve parolle concluans
tresample sentence. Mesmement en c’est [=cest] au-
Page icon  Link to an image of this page  [A6v p12] teur: qui plus laisse à entendre à l’esperit,
qu’il ne dict en la parolle ja de luy mesme en
sa langue Latine contrainct & obscur. lesquel
les choses ont causé difficulté plus grande,
que on ne pourroit estimer, à les tourner ain
si vers pour vers mesme dixains, & non Ale-
xandrins. Ce que nul aultre en quelconque
oeuvre n’ha par cy devant attenté. Et si quel
qung (comme feit Marc Caton à Albin) me
vient à dire. Qui te ha contrainct à telle ne-
cessité: de translater vers pour vers? Que ne
has tu prins liberté de te eslargier en plu-
sieurs vers? Je luy respondz, que rien ne me
ha contrainct à ce faire. Sinon premierement
imitation des anciens Poëtes, qui hont ainsi
faict. Car Vergile transportant aulcunes sen-
tences de Hesiode, Homere, & Theocrit de
Grec en Latin ha tousjours apeu pres rendu
vers pour aultre. Semblablement Horace de
Pindare, Ciceron de Arat, Terence de Me-
nandre
. Et du Latin en Grec Planudes de
Caton, & le Grec translateur de la Metamor-
phose Latine d’Ovide. Secondement à ce me
ha induict plus propre convenance, & equa
lité en Epigrammes: qui ne veullent estre
Page icon  Link to an image of this page  [A7r p13] estenduz à longue Periode. Tiercement brie
fveté requise en Emblemes. Car qui pour-
roit, ou vouldroit mettre grandes ambages
de longues parolles en petitz signetz, ta-
bleaux, images, verrieres & broderies? Les-
quelles parolles occuperoient plus d’espace,
que la figure mesme. Quartement pour mon-
strer aux calumniateurs de la langue Fran-
çoise, quelle peut en Laconic abregement
equiparer la langue Latine. Finalement (af-
fin que rien je ne dissimule) la confiance de
le pouvoir faire, & en venir achef, comme il
en appert. Or si de rechief on me replicque
la licentieuse permission de Horace au trans-
lateur: à ne rendre mot pour mot, ne vers
pour vers, je respondray (ce que aultres foys
jay faict) en la personne du livre.

LE LIVRE

En translatant vers pour vers rendre, Horace
Point ne commande: & ne defend aussi:
Qui le peut faire en ha il moins de grace?
Si c’est mal faict, mal tourné suys ainsi.

Page icon  Link to an image of this page  [A7v p14]
PRAEFACE DE NOBLE
homme Seigneur Andre Al-
ciat
, Sur les Emblemes,
A Chonrad Peu-
tinger
d’Aus-
bourg
.

Quand les enfans aulx noix, hommes aulx dez
Passent le temps, & chartes de pincture,
J’ay par esbat ces Emblemes forgéz
Par main d’ouvriers aussi la pourtraicture.
Affin qu’on puisse en chappeaux, & vesture
Mettre afficquetz, & divise consonne.
A toy (Chonrad) Cesar avoir ordonne
Pieces de pris, & d’ancien ouvraige
Dons de papier au Poëte je donne,
Que tu prendras de mon amour le gage.


Hint: You can turn translations and name underlining on or off using the preferences page.

 

Back to top